« Ô grand Saint Nicolas, Patron des écoliers

, Apporte-moi des pommes Dans mon petit panier. Je serai toujours sage Comme une petite image. J’apprendrai mes leçons Pour avoir des bonbons.

Venez, venez, Saint Nicolas … »


Saint-Nicolas, évêque de Myra en Asie Mineure, est né vers 270 et serait mort le 6 décembre 343. Sa pitié et sa charité légendaire l’ont rendu très populaire en Grèce et en Russie orthodoxe où de nombreuses églises portent son nom. Ses reliques ayant été transportées à Bari en Italie par des marchands, et en Lorraine, son culte a gagné l’Est de la France et l’Allemagne, puis le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.

La légende de Saint-Nicolas

Saint-Nicolas aurait ressuscité des enfants découpés et mis dans un saloir par un méchant boucher. Mais cette légende du XIIème siècle ne figure pas dans les premiers récits de la vie du Saint.

Saint-Nicolas et le Père Fouettard

Dans certaines régions (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, nord et est de la France) le soir du 5 décembre, Saint-Nicolas, monté sur un âne ou un cheval et accompagné du Père Fouettard, visitent les maisons où il y a des enfants. Les enfants doivent le soir, préparer de la nourriture (foin, paille ou grain) pour l’animal.

Le Saint bénit l’assemblée et distribue des friandises, alors que le Père Fouettard menace avec ses baguettes les enfants qui n’ont pas été sages.

Mannele de la Saint-Nicolas

Et si vous avez été sage… une surprise attend les enfants !!!

Les friandises distribuées sont traditionnellement une orange et du pain d’épices portant son effigie.

En Alsace, on trouve la brioche de la Saint-Nicolas qui s’appelle «Mannele» ou «Mannala» selon que l’on soit dans le Bas-Rhin ou le Haut-Rhin.

Découvrez également les Moules à Saint-Nicolas.